Femmes et sport : disparités mais évolution.

 
 
Développement de la pratique féminine

Le magazine 100% sport Esprit Club Poitou-Charente d'août 2017 nous a dévoilé les chiffres majeurs dans le sport féminin en ex-Poitou-Charente.

Ce magazine a repris les taux de licenciés UNISPORT OLYMPIQUE selon le sexe. Si nous nous attardons seulement sur les taux de pratique féminine, nous pouvons remarquer que cela est sans surprise.

Effectivement, 86% de licenciés sur les sports de glaces sont des femmes, 83 % de femmes en équitation. Contre 6% de femmes licenciées en rugby et 6% en football.

(Chiffres mars 2017 : Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports).

Les femmes pratiquant un sport nous disent que leur principale motivation est le loisir ainsi que la santé et non la compétition. 37% des licenciés sur tous sports confondus sont des femmes.

Mais la plupart des femmes pratiquent une activité physique hors des clubs.

Ce manque de pratique sportive féminine pourrait s'expliquer par la contrainte de temps. Une étude nous donne approximativement et globalement combien de temps auraient les femmes pour elle sur une durée de 7 jours et la comparaison avec les hommes.

Une femme disposerait de 2h45 de libre. Un homme disposerait de 3h20 de libre.

Cela peut s'expliquer par l'investissement de la femme au sein de son foyer et de son travail.

Certes, nous pouvons constater des disparités au sein des licenciés sportifs. Mais certaines évolutions peuvent nous faire penser que la femme est de plus en plus intégrée au sein du milieu sportif.

Un développement d'offres plus adaptées aux femmes a été mis en place, comme par exemple le développement de la course à pied sur petite distance (moins de 10km).

Ou bien encore, l'aménagement des horaires. Au tennis la gagnante n'est pas celle qui a battu l'autre 2 sets gagnants, mais celle qui bat l'autre au bout d'1h30.

Pour compléter et adapter cette réflexion au territoire, la région Nouvelle-Aquitaine à proposé un schéma régional de développement du sport. Il est important de souligner et de reprendre les parties liées au sport féminin.

Pour ce schéma il a été fait un état des lieux et un dignostic, permettant de mettre en avant le fait que les femmes pratiquent moins d'activités sportives que les hommes. Mais surtout elles ne pratiquent pas le sport pour la performance. Elles pratiquent le sport pour son côté bien-être / santé / loisir.

37% des licencié(e)s au sein du club de Nouvelle-Aquitaine dans le sport associatif sont des femmes.

Il est principal pour la Nouvelle-Aquitaine que les écoles s'impliquent davantage. Notamment sur la question du développement du sport féminin.

Certains axes de réflexion sont interessant pour la thématique femmes et sport. Tels que d'instaurer des activités sur le lieux de travail de ces dames ou prendre en charge leurs enfants lorsqu'elles pratiquent du sport ou bien même s'impliquer davantage lors des temps forts relatifs au sport féminin pour le mettre en avant.

Le sport féminin aurait certaines spécificités identifiées comme :

- Le sport féminin est principalement exercé dans le cadre de l'école

- L'image de la femme sportive est peu développé

- Le côté challenge personnel ou défi est souvent délaissé

- La gouvernance des clubs est encore trop peu exercée par les femmes

- Les spectatrices des évènements sportif sont loin d'être majoritaires

La Nouvelle-Aquitaine voudrait se créer une nouvelle identité sur le sport de haut niveau. Il est dit qu'ils veulent développer les relations entre sport profesionnel et sport amateur sur le plan national. Il est dit aussi qu'un des objectifs est de garantir la parité.

Avec ces nouveaux objectifs le sport féminin pourrait être fait sans distinction de sexe et que les moyens d'offres et d'accès seraient facilités.

Les femmes pourraientt exercer un sport non plus seulement en tant qu'activité physique mais en tant qu'activité sportive avec des compétitions. Cela permettrait un nouveau regard sur les femmes, que ce soit en tant que dirigeantes, joueuses ou spectatrices.

Les clubs sportifs de la Charente peuvent être accompagnés par la DDCSPPdirection départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (Jeunesse et sport) pour tout projet de développement de la pratique féminine.