État d'urgence en Charente

État d’urgence en Charente

 
 
 État d’urgence en Charente

L’Etat d’urgence applicable sur l’ensemble du territoire a été voté jeudi 19 novembre à l’Assemblée nationale

Etat-d-urgence-numeros-utiles_large

 Retrouvez ici toutes les informations utiles :  https://twitter.com/gouvernementFR/status/667421169629425664 et  https://twitter.com/gouvernementFR/status/667422139994218496

Les chiffres relatifs au renforcement des effectifs : https://twitter.com/gouvernementFR/status/667421779644805124

Respect aux forces de l’ordre : https://twitter.com/gouvernementFR/status/667097233284849665

Etat d’urgence numéros utiles : https://twitter.com/gouvernementFR/status/667422579045568514

Toutes les informations sur les attentats de Paris : http://www.gouvernement.fr/attentats-de-paris-la-france-en-guerre-3281

L’état d’urgence est en vigueur sur l’ensemble du territoire métropolitain. Cette disposition exceptionnelle est prévue par la loi du 3 avril 1955 et permet dans un contexte de trouble grave à l’ordre public, à l’autorité administrative (les préfets) de prendre des mesures renforcées pour préserver l’ordre public et prévenir de nouveaux attentats terroristes.

 

Présentation des mesures et dispositifs mis en œuvre en Charente

Les services de l’État, de la justice ainsi que les forces armées se sont réunis dès le 14 novembre au matin à la préfecture afin de définir la stratégie de sécurité appropriée.

- Communiqué de presse du 14 novembre 2015 du préfet sur le dispositif mis en œuvre en Charente


Un moment de recueillement a été organisé  lundi 16 novembre prochain à 12 heures dans la cour d'honneur de la Préfecture, et partout en Charente, à la mémoire des victimes.

P1070367BIS
P1070370BIS
deuil

Le 20 novembre, Salvador PÉREZ, préfet de la Charente, a réuni les maires du département, en présence des parlementaires, afin de les informer sur la mise en œuvre de l’état d’urgence, de ses conséquences et des mesures prises dans le département de la Charente.

fond visuel réunion maires attentats - oisellerie V2

 

L’état d'urgence confère à l'État des prérogatives exceptionnelles :

Restriction à la liberté d’aller et venir :

  • interdiction de la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixées par arrêté,
  • instauration par arrêtés de zones de protection ou de sécurité où le séjour est réglementé, de sorte à protéger les bâtiments publics ou privés constituant des cibles particulières,
  • interdiction de séjour, dans tout ou partie du département, à toute personne cherchant à entraver l’action des pouvoirs publics.

Police des réunions et des lieux publics :

  • Mesures de fermetures provisoires des salles de spectacles, débit de boissons et lieux de réunion de toute nature,
  • Interdictions, à titre général ou particulier, des réunions de nature à provoquer ou entretenir le désordre.

Droit de réquisition :

Réquisitions de personnes et de biens nécessaires au rétablissement ou au maintien de l’ordre public.

Perquisitions de jour et de nuit :

Possibilité, pour l’autorité administrative, de faire procéder à des perquisitions à domicile de jour et de nuit.

Mesures relevant de la décision du ministre de l’Intérieur

Assignation à résidence :

Le ministre de l’Intérieur peut prendre des mesures d’assignation à résidence, dans une circonscription territoriale ou une localité déterminée, de toute personne dont l’activité s’avère dangereuse pour la sécurité et l’ordre publics.

Remise des armes :

Le ministre de l’Intérieur peut ordonner, en cas de nécessité, la remise des armes de première, quatrième et cinquième catégories.

Le dispositif en vigueur jusque là en vigueur demeure d'actualité :

Les dispositions du plan Vigipirate demeurent applicables et les consignes ont été rappelées aux maires. Elles emportent la surveillance effective des transports, lieux publics très fréquentés, sites sensibles, le renforcement des dispositifs de surveillance et de protection par les services de sécurité, ainsi que la mise en alerte des capacités d’intervention (services de secours et forces de l’ordre).

il appartient aux maires de concourir à l’application de ce dispositif, aux côtés de services de l’État en mettant en œuvre des mesures de surveillance renforcées de tous les lieux de rassemblement (centres commerciaux, cinémas, théâtres, bâtiments publics, lieux de culte, manifestations publiques...). et en veillant à l’effectivité des mesures dans les bâtiments publics, mais également en rappelant ces consignes aux acteurs concernés.

Les établissements scolaires doivent faire l’objet de mesures particulières de vigilance, notamment par une limitation du stationnement aux abords et le filtrage des adultes qui pénètrent dans les locaux scolaires, si l’âge des enfants impose qu’ils soient accompagnés.

Le pouvoir général de police générale des maires ne change pas

Les compétences que les maires détiennent en vertu de leur pouvoir de police générale sont maintenues conformément aux dispositions du Code général des collectivités territoriales, sans être ni réduites, ni étendues. Il leur appartient donc de veiller au maintien de l’ordre et de la sécurité publics, en usant de leurs prérogatives ordinaires.

Les manifestations publiques ne font pour le moment l’objet d’aucune mesure d’interdiction générale. Il est néanmoins nécessaire de faire preuve de vigilance à l’égard des événements présentant un risque pour l’ordre public.

En toute hypothèse, les organisateurs devront être invités à prendre de manière systématique et effective, les mesures de sécurité nécessaires : restriction du nombre de points d’accès aux lieux de rassemblement, contrôle du public et des effets personnels.

La vigilance et la sécurité étant l’affaire de tous, il importe que l’ensemble des pouvoirs et services publics y prennent leur part, de manière coordonnée. A cet égard, l’implication et la vigilance des maires est indispensable à la bonne mise en œuvre de l’ensemble des mesures concourant à la sécurité du territoire.


Les numéros d'urgence

  • un numéro d'information : 08 00 40 60 05 (victimes, familles de victimes, personnes disparues, personnes recherchées)
numero1
197

 

numéros utiles

Rumeurs et contenus malveillants

Sur la plateforme Pharos, vous pouvez signaler des contenus ou des comportements illicites auquel vous seriez confrontés sur Internet > https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/Accueil!input.action …

rumeurs2

Par respect pour les victimes et leurs familles, ne contribuez pas à la diffusion des scènes de crime.

Ne relayez pas les rumeurs, uniquement les messages des comptes officiels.

Retrouvez les informations et les consignes sur notre dossier spécial http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Serie-d-attaques-terroristes-a-Paris